Le livre, un pacte d’immortalité l’auteur

Chers amis internautes,

Grande est notre joie de vous savoir désormais nôtres. Tout le monde s’entend seriner que le monde évolue, que la terre est devenue un village planétaire, que les TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) ont rendu les hommes plus proches les uns des autres. Nous assistons à de grandes mutations qui ont bouleversé tous les compartiments de la vie des sociétés. L’arbre à palabres, la place publique, le marché, les séances de jeux collectifs, tous ces secteurs sociaux ont désormais leurs répondants sur internet. Sur cette place publique qu’est la toile, des hommes de toutes races, langues, peuples et nations peuvent se rencontrer et passer un petit moment ensemble, comme de vieux potes autour d’un pot, papoter et rigoler, casser la croûte et se relancer sur les chemins rocailleux de l’existence humaine. C’est aussi un creuset de partage d’expériences où les passions de l’un peuvent intéresser l’autre, et où la joie peut tutoyer l’extase quand les passions sont les mêmes. S’il est vrai que la joie grandit quand elle est partagée, il n’en demeure pas moins évident qu’elle se fait contagieuse quand elle sourd d’une rencontre inédite, subite, impromptue et exaltante qui change toute une vie, qui astique le visage de toute une existence, et réoriente les voiles d’un destin déjà figé peut-être vers d’autres destinations où flotte, debout dans le vent, l’étendard de « la vie autrement vue et vécue ». Et parmi ces rencontres, figure celle d’un artiste ou d’un auteur, de ses livres, de sa pensée.

Les livres constituent un pacte d’immortalité entre l’auteur et le lecteur. Partager des expériences autour du livre, c’est s’enrichir mutuellement, c’est s’inviter dans la tour, la forteresse intime de l’auteur, sans préavis, et le contempler dans le face à face qui fait tomber les masques de toutes les illusions, interrogations, supputations, conjectures, incompréhensions et appréhensions. Nous voudrions, à l’instar de bien d’autres, vous proposer ce cadre pour discuter autour du livre. C’est essentiellement la ligne que se donne ce blog qui vous salue pour votre amour du livre.

Avec vous, nous espérons vivre une odyssée littéraire des plus palpitantes. Nous voyagerons dans les lignes, explorerons les interlignes. Il s’agira en fait de dévorer des livres, faire de la lecture la colonne vertébrale de notre vie. Dévorer, manger. C’est de cela qu’il s’agit. D’ailleurs, nous sommes dans une société de consommation où tout se mange : on mange la vie (du gbè), on mange l’argent (du kwè), on mange le grenier (du agô), on mange la dette ou le crédit (du axô). Si donc nous sommes dans une société qui se définit par le « manger », ne serait-il aussi bon de mettre sur l’étalage des articles que nous mangeons, le livre, la lecture ? Si la lecture a une place dans notre vie, nous avons une place auprès des dieux, des grands esprits. C’est pourquoi, pour votre plaisir, nous avons essayé concocter une recette inédite, que vous trouverez certainement succulente et savoureuse, avec des ingrédients « écologiques » (ou biologiques tout bénef) qui vous permettront de zapper d’un chapitre à un autre …d’un récit à un autre, d’un genre à un autre.

Tenez ! Le blog « biscottes littéraires » se veut un festin où ensemble nous banquetterons, où nous nous enivrerons des délices de la littérature. Véritable élixir où le plaisir de lire, se joint au désir de l’âme de s’élever et de s’envoler vers les cimes de la contemplation du réel à travers le prisme des auteurs.

Pour ce blog vôtre, notre rêve est que vous puissiez vous envoler aux pays des merveilles, avec le sérieux de l’enfant qui rêve (attention, il est très sérieux, l’enfant, quand il rêve), la joie du nomade qui se trouve un gîte où crécher, et l’espoir du globe-trotter d’arriver à la destination prévue.

Sur ce blog vôtre, puissiez-vous mordre dans le livre, pour en vivre et vivre votre vie.

Par ce blog vôtre, puissiez-vous rencontrer des amis du livres, des amoureux de la littérature, pour des alliances qui dureront pour des siècles et quelques poussières.

Si vit qui lit et que qui lit vit, ne ratons pas le rendez-vous des biscottes littéraires que nous pourrons nous procurer à loisir, en faisant juste un tour sur ce blog…

Bienvenus alors chez vous. Elles sont prêtes, nos biscottes littéraires qui n’attendent que vos yeux pour être croquées et réaliser ainsi leur rêve : être croquées. Au plaisir de nous lire…

Destin Mahulolo




14 thoughts on “Le livre, un pacte d’immortalité l’auteur

    1. Merci cher ami, Serge Cadnel. En avant. Ensemble, nous ferons de grands pas et de belles choses.

    1. Merci pour vos encouragements, frère Valdo KINSOU. Soyez des nôtres sur ce blog vôtre

    1. Oui, cher Désiré Godonou, pour le meilleur par le livre. Le livre est un cataplasme pour nos maux.

  1. Excellent début. Lire, c’est se lier à la vie, c’est ce charme original qui emprunte les mêmes matières que le destin.Allons-y donc ensemble. INSP Joël Paul de Souza.

    1. « Lire, c’est se lier à la vie ». Belle trouvaille, De Souza Joël Paul. Cela vaut un devoir de dissertation. Gustave Flaubert disait : « Lisez pour vivre ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *