Littérature orale dans « Roi LMD International »

Introduction

Le théâtre en tant qu’une composante de la littérature orale se veut un art à part entière. Toutefois, il se nourrit et puisse beaucoup des autres genres de la littérature orale. C’est le cas dans la pièce “Roi LMD International” qui se relève un carrefour de plusieurs types d’expressions orales notamment la chanson, le panégyrique, le proverbe, la poésie, etc. Quelle est alors l’importance, la quintessence des différents types de paroles littéraires présentes dans cette pièce? Après avoir présenté la pièce, nous exposerons la place et le rôle de chaque texte oral tiré de littérature orale africaine.

I- Contextualisation et présentation de la pièce Roi LMD International

1- Contexte de création et résumé de la pièce

La pièce “Roi LMD International” est atypique en ce qui concerne sa structure. Elle n’est ni subdivisée en scènes, ni en actes ou en tableaux. Au contraire, elle est structurée en trois parties intitulées respectivement : «Frisson Licence», «Zone Master» et «Cap Doctorat». Ces sous-titres laissent croire qu’on retrouvera dans chaque partie les étapes ou les composantes des différents niveaux d’étude dans le système LMD : Licence, Master, Doctorat. Il faut le rappeler, ces trois mouvements sont encadrés de deux discours d’escorte : le première est intitulé «Lever du rideau» et le second «Exi » (Notes sur le système LMD).

1.1- Contexte de création

Créée par les étudiants des Lettres Modernes, Jérôme Gbêwa, Prisca Aurore Godonou, Césaire Houindo et Patrice Ogou des semestres 5 et 6 de l’année académique 2016-2017 sous la coordination du professeur Fernand Nouwligbeto, comédien, metteur en scène, dramaturge et critique littéraire, la pièce “Roi LMD International” s’inscrit dans le cadre du cours de mise en scène. Résultat d’un travail de longue haleine, la pièce est paruu à Perma Editions en 2018 à Cotonou et a été lancée officiellement le vendredi 1er Juin 2018 à la bibliothèque de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC) et représentée sur scène, le 02 Juin 2018, à l’espace Mayton. Comme le révèle son titre, “Roi LMD International” opine sur les troubles et difficultés d’emploi du système Licence Master Doctorale (LMD) dans certaines universités africaines.

 

1.2- Résumé

La pièce s’ouvre sur une chanson exécutée en langue national Fongbé. Elle conduit le lecteur dans une université africaine où les étudiants venaient au cours en se munissant de briques en guise de siège. Venus très tôt, l’étudiant n°1, l’étudiant n°2, l’étudiante n°3 et l’étudiant n°4 attendaient impatiemment l’arrivée de Monsieur le professeur. Quelque temps après, ce dernier vint dans l’amphi, les mains chargées de portables. Ayant plusieurs occupations politiques, il envoya les étudiants à la recherche dans la bibliothèque de l’université qui ne contient qu’un seul livre. Arrivés à la bibliothèque, les étudiants se disputèrent le seul livre jusqu’à ce que la sirène de la police vînt les arracher à leur besogne. Par conséquent, il y eut un affrontement entre les forces de l’ordre et les étudiants. Exaspérés par cette violence, ils s’engagèrent dans une lutte violente en badigeonnant les amphis et autres lieux de l’université par leurs propres excréments, en incendiant des véhicules et en cassant des infrastructures. Ensuite, un concours de meilleurs chieurs fut organisé par un étudiant espion. Ce dernier, après avoir trahi ses camarades étudiants se fit introniser Roi LMD International par les étudiants n°2, n°3, n°4, qui lui réclamaient leur colis. Au bout de quelques temps, sa Majesté fut secouée et présenta des signes cliniques alarmants. On le débarrassa alors de toutes ses fioritures. Cet épisode s’est soldé par la voix du journaliste qui annonça, dans une revue de presse l’invalidation de l’année académique et l’exclusion de l’étudiant n°1 dit l’espion international. Les quatre étudiants se lamentèrent et devinrent profondément tristes. La voix de Séra Agba vint alors leur montrer la voie de la non-violence qui est celle de la conscience et du pardon comme le moyen idoine pour revendiquer leurs droits.

Fernand Nouwligbèto

 

 

2-Etude des thèmes et des personnages

2.1- Etude thématique

Plusieurs thèmes sont compilés dans la pièce “Roi LMD International. Les uns sont approfondis et mise en action et les autres abordés brièvement : la grève, la violence, la politique, les infirmités du système LMD.

  • Les infirmités du système LMD

Il s’agit plus précisément des difficultés qu’ont les étudiants et les enseignants face au système LMD dans l’enseignement supérieur. L’effectif écrasant des étudiants « (…), les effectifs ont tutoyé la cime du Kilimandjaro (…), devant des milliers d’étudiants éberlués ! » (p.21), constitue une véritable difficulté aux enseignants quand on sait que le système LMD prône le principe de 25 étudiants pour un enseignant. « Kanxoto-mon-oncle travaillait déjà comme un fou (…), en véritable forçat de la plume et de la craie » p.21 « Des milliers de copies anonymes à identifier, à classer de A à Z et de Z à A », etc.

Quant aux étudiants, ils sont confrontés au problème de manque d’amphithéâtre, à la pénurie de bibliothèque et à la vétusté de laboratoire. C’est exactement ce qui se cache derrière l’ironie suivante : « cette bibliothèque est unique au monde ! (…), moderne, high Tech […], qui anticipe les progrès du XXVe siècle, une bibliothèque pusch (…..) aux livres d’or (…), prix international » pp.29-30.

  • La violence

La pièce peint les troubles qui secouent les universités africaines : les grèves, l’affrontement entre étudiants et forces de l’ordre, les casses ou dégâts d’infrastructures, incendie des véhicules

« Ils sont venus ce soir

Les babines dégoulinant de sang.

Ils sont venus tester leurs cannes

Essayer leurs griffes mortelles dans la chaine des étudiants !»

« Nos cailloux sont prêts

David contre Goliath

Pot de terre contre pot de fer

Nous vaincrons »

 

Césaire Houindo

 

2.1- Etude des personnages

  • Les principaux personnages

Etudiant n°1 : Il s’agit d’un personnage ayant plusieurs forces. Dans son rôle d’étudiant, il a été, d’une part, un étudiant lambda qui étudie dans de mauvaises conditions, et d’autre part, il est non seulement un membre influent du bureau dirigent de la fédération des étudiants mais aussi l’espoir international qui trahit ses camarades de lutte estudiantine.

Etudiant n°2 : Il incarne la figure d’un étudiant en pèlerinage à l’université. C’est un espion qui livrait des informations sur ses camarades de lutte aux autorités politiques.

Etudiante n°3: seul personnage féminin, elle pressente les conditions difficiles d’étude sous le système LMD. Elle représente la masse d’étudiants victimes de la trahison et de l’exploitation de la part de leurs camarades dirigeants.

Etudiant n°4 : Dans sa peau d’étudiant, il s’impliquait naïvement aux mouvements de lutte. Il est aussi victime des graves conséquences des revendications soldées par des bains de sang.

  • Les personnages secondaires

Le professeur : Il incarne les enseignants qui vaquent à d’autres préoccupations politiques au détriment des cours qu’ils devraient dispenser aux étudiants. Il représente les professeurs surchargés et ennuyés par le nombre pléthorique d’étudiants et de copies à corriger.

Voix du Boss: Voix d’un personnage anonyme, reçue au téléphone qui félicite l’espion international pour le travail accompli. Elle représente les hommes politiques de mauvaise foi qui, avec l’argent, manipulent les responsables étudiants.

Le médecin : Il a diagnostiqué les maux dont souffrait le Roi LMD International et a prescrit des médicaments pour la survivance du système LMD dans les universités sous-régionales.

Voix du journaliste : C’est la voix par laquelle la communauté estudiantine a su l’invalidation de l’année.

Voix de séra Agba : C’est la voix d’un ancien étudiant leader, elle président du comité central de la Fédération des Etudiants. Elle est la voix de la sagesse appelant les étudiants à la non-violence dans les luttes estudiantines (science et conscience).

II-Rôle et place de la littérature orale dans Roi LMD International

La littérature orale, selon Eno Belinga, est « l’usage esthétique du langage non écrit d’une part et, d’autre part, l’ensemble des connaissances qui s’y rapportent ». Ainsi, rassemble-elle les tous textes portant la marque de préoccupation esthétique. Dans la littérature orale africaine, on distingue plusieurs genres à savoir : le mythe, la légende, l’épopée, la prière, le nom, la devise, le panégyrique, le conte, la fable, le proverbe, la maxime, la devinette, l’énigme, la chanson.

1-Les types de paroles littéraires dans la pièce

La pièce “Roi LMD International” est un creuset de plusieurs genres de la littérature orale africaine, bien qu’étant un texte dramatique. Dans le déroulement de ladite pièce, on constate l’usage des paroles littéraires telles que des chansons, proverbes,  panégyriques, et poèmes qui exposent la richesse de la littérature orale et participent à l’originalité de la pièce.

  • La chanson

Selon Ascension Bogniaho, la chanson peut être définie comme « une alliance plus ou moins judicieuse d’un texte et d’une mélodie ». En tant que texte mis en musique et divisé en couplet ou non, avec ou sans refrain, la chanson est un genre de la littérature orale qui offre plus d’aisance aux artistes chanteurs à peindre la société  et ses travers. Elle couvre, dans cette pièce, un nombre important des pages. Déjà à l’entame de la pièce, on la retrouve en langue nationale « fɔngbè».

« E nɛ hwɛ zéé…Hwɛ  kun  ɖo hlɔnhlɔn  tɔn oo. » (pp.17-18) ;

La chanson revient à la page 31 jusqu’à la page 33,  et cette fois-ci en langue « Maxi » : « Wanu, xwe towe dye !…Ma  jɛ azɔn o.» (pp.31-33) ;

Il en est de même à la page 37   « Adakanlin wa !…Mi hɛn gbele nu ma kpɔn !» (pp.37-38)

De la page 42 à 43, on trouve encore une chanson en langue ƒɔn : « Mé ce lɛ mi…Gbɔ bo xwè ! »

Ayinɔvi doo nuwe….È ɖɔ dada sɔlɔ ee » (p.60)

Enfin, de la page 77 à 78, une autre chanson : « o un lèwe see…..Bo gba ee ».

 

Prisca Godonou
  • Panégyrique

Selon le dictionnaire Wikipédia, le panégyrique serait un discours public à la louange d’un personnage illustre, d’une nation ou d’une chose et dans l’occident chrétien, un sermon faisant l’éloge d’un saint. Mais dans les traditions orales africaines, il se présente sous la forme d’une litanie de noms des titres et des hauts faits, servant à faire l’éloge d’une personnalité, d’un groupe humain ou d’une collectivité familiale. Chez les Fɔn, on parle de « Mɛ mlamla». Dans la pièce “Roi LMD International”, on rencontre deux types de panégyriques : les panégyriques claniques et les panégyriques royaux.

  • Le panégyrique clanique :

« wanu ajimEnu …tą n’igi OkO » (p.33),  il s’agit d’une louange clanique en langue Nagot.

  • Le panégyrique royal :

« O xan xan !…….kplɔn-yijialavɔ  xwé ɔ bye ». Il est question, ici, d’une louange des hauts faits de Sa Majesté, le Roi LMD International.

  • Poésie

La poésie est l’art d’évoquer et suggérer les sensations, les émotions, les idées par un emploi particulier de la langue qui joue sur les sonorités, les rythmes, les images. Comme exemple de poème dans “Roi LMD International”, on peut citer :

« Ils sont venus ce soir …oui, nous vaincrons! ». C’est une déclamation poétique faite par les quatre étudiants.

  • Proverbes

Ils sont des formules courtes, anonymes qui expriment une vérité admise ou un conseil de sagesse. Les proverbes font parties des paroles littéraires dont la caractéristique commune est d’être courte et ramassée. A titre illustratif, nous pouvons citer entre autres dans la pièce “Roi LMD International.

« Le livre sale se lave en bibliothèque » (p.33)

« Il ne faut pas vendre le pot d’urine sans avoir puisé » (p.47)

« La merde, c’est sacré ! posons-lui le fard » (p.52)

« Le mort n’a plus peur de la mort » (p.69)

« Une vie dans la dignité paie toujours » (p.73)

« Ta réussite est fille de la poésie » (p.73)

« Toute béquille expose à la chute » (p.72).

 

 

Jérôme Gbêwa

 

2-Rôle et place de littérature orale dans la pièce Roi LMD International

  • Les chansons

Elles prédominent sur les autres types de paroles littéraires présentes dans la pièce “Roi LMD International”. Déjà à l’incipit de la pièce, on retrouve une chanson en langue nationale « fɔn » et de même à l’explicit de la pièce. On entre donc dans le déroulement de l’intrigue par la chanson et l’on en sort également par la chanson. Ces deux chansons, aux deux extrémités de l’intrigue, et celles à l’intérieur sont tous des vecteurs porteurs de sens.

L’usage abusif, au sens positif du terme, participe à l’authenticité de cette pièce en ce sens que, rien que par la chanson, plusieurs idées essentielles de la pièce ont été révélées. A titre illustratif dans le premier mouvement de la pièce (« Frissons Licence », on présente déjà le sujet far de la pièce par le biais de la chanson liminaire. “enɛ hwɛ ze nɛ. / Sisutɛ mu ɛlɛmude ɔ, / nɛ hwɛ ze nɛ. / Lisanu, masoutɛ, dɔtolà/ nɛ hwɛ ze hὺn, / mahɛn gbele oo ? (voici que tu l’as choisi./ Tu as fait le choix du système LMD./ Tu as jeté ton dévolu sur le système Licence, Master et Doctorat, donc ne le détruis pas ! )” (p.17). De même, dans la suite de cette même chanson, on peut identifier les pays africains qui ont adopté le système LMD, « Kodiwa, (…) nijɛ, (…) Togo (…) » (p.18).

De plus, à la page 31, L’étudiant n°4 entonne une chanson d’amour en « Maxi », une chanson issue de la transformation d’une chanson de l’artiste traditionnel Gbèzé intitulé « gbeto », pour amadouer ou séduire L’étudiante n°3 qui refusait de remettre le seul livre disponible à la bibliothèque. Il s’agit de : « Wanu, xwe towe dye  / wɛn tow dye ɖo nu ce / Ajimɛnu wanuce/ wɛn towe dye do nu ce / Ajimɛnu wanuce ɔ / Wɛn to we dye / Bonɔte /makɛnu bo dɔxo bo ! » (Wanu,  c’est ton jour de fête / J’ai une commission pour toi / Mon Adjimènou wanu, / voici le message que j’ai pour toi / Attends donc / que j’ouvre la bouche pour te le délivrer !). Cette chanson en langue « Maxi » expose la richesse dont regorgent nos langues nationales et les différentes techniques de persuasion relevant de la culture béninoise.

Ensuite, la chanson a aussi permis aux personnages d’exprimer des sentiments de révolte, des idées d’encouragement et d’incitation à l’affrontement. C’est ainsi qu’on aura la chanson suivante en langue « fongbé » « Adankanlin wa … mɛ bi ni hɔn yi ! » (pp.37-39) qui déclenche toutes les hostilités engagées et exécutées par les étudiants.

La matière première de cette pièce peuplée de chansons provient principalement de la tradition orale béninoise sinon sa fortune linguistique à laquelle il doit à plus d’un titre. Ces chansons issues d’une abondante documentation en culture « Maxi » et « Fon » participent à l’influence de la littérature orale sur le théâtre béninois.

  • Les panégyriques

Les panégyriques utilisés dans la pièce, claniques comme royaux, rehaussent la valeur esthétique du texte dramatique. Ils illustrent et témoignent de l’autonomie linguistique et culturelle de la pièce. Ainsi la louange clanique en langue régionale Nago du Bénin pour complimenter, désarmer la résistance et la ténacité de L’étudiante n° 3, vient renforcer la valeur esthétique théâtrale de “Roi L MD International” déjà très colossale.

Il en est de même pour la louange royale envers sa majesté Roi LMD International. En réalité cet interminable dithyrambe expose l’importance de la littérature orale dans la pièce. Il s’agit d’une véritable hypertexualité car ces éloges ne cachent pas leur source surtout à un lecteur suffisamment informé sur la tradition danxoméenne, les auteurs les ont puisées des louanges royales destinées à honorer, magnifier, glorifier la personne les Rois de l’ancien royaume de Danxomè.

Par ailleurs, nous pouvons retenir que la présence de ces panégyriques permet d’identifier l’aire culturelle des auteurs. On peut dire qu’elle marque la présence de la culture africaine en général et celle béninoise en particulier dans la pièce.

On peut aussi les considérer comme une sorte d’interférence linguistique et culturelle si l’on conçoit avec Frantz Fanon qu’écrire dans une langue, c’est accepter de supporter le poids d’une civilisation. En témoigne la présence du Fon, du Maxi, du Nago, du Mina et Adja « Esun », « όto », « Ekpé ».

 

Patrice ogou

 

 

  • Les proverbes

Ils donnent de crédit à l’esthétique de la pièce “Roi LMD International” et authentifient le style éclatant des auteurs et leur grande capacité à manipuler la langue française. Les proverbes dont il s’agit dans cette pièce ne sont pas transcrits directement de leur langue d’origine en français, mais ils ont été traités d’une manière ou d’une autre : « Le livre sale se lave en bibliothèque ».

Il s’agit dans ce proverbe du phénomène d’hypertextualité qui est un rapport d’imitation (ou de transformation) entre deux textes qui engendrent quelque chose de nouveau, mais qui ne cachent pas ce qu’il y a derrière. Ce rapport peut se concrétiser entre une œuvre moderne (l’hypertexte) et son modèle antique (l’hypotexte) (Gérard Genette). Considérant cette définition, l’hypotexte ici serait «Le linge sale se lave en famille». Par ailleurs, nous avons également « le mort n’a plus peur de la mort » (p.69) ; « une vie vécue dans la dignité paie toujours », « la réussite est la fille de la poésie » « la violence appelle la violence » « Toute béquille expose à la chute », etc…

Ces proverbes qui ont parsemé l’univers du texte dramatique montrent l’influence de la littérature orale sur le théâtre béninois. Au demeurant, Roi LMD International”doit beaucoup par l’abondance des proverbes, des métaphores de toute sorte puisés directement dans la culture Fon, Maxi, Nago, à la tradition orale africaine surtout béninoise. La littérature orale africaine occupe une place de choix et indiscutable dans la pièce “Roi LMD International.

 

 

Poésie

Les paroles déclamées par les étudiants à la page 36 de la pièce sortent de l’ordinaire pour prendre la nature d’une parole incantatoire. Elles révèlent la violente indignation, le sursaut de colère, voire la révolte des étudiants face à l’offensif son de sirène des forces de l’ordre présentes sur le territoire universitaire. Les propos de L’étudiant no1 et de L’éudiant no2 : « Ils sont venus ce soir… Au bout de leurs matraques ! » montrent que les forces armées sont venues dans l’intention de livrer un combat mortel aux étudiants.

Mais, ces derniers ne restent guère passifs. Ils sont prêts pour un affrontement. Les paroles déclamées par L’étudiante no3 et L’étudiant no4, « mais ils nous trouveront debout ! …  nous vaincrons ! », expriment le sentiment d’insurrection, de colère desdits étudiants. En tant que l’expression de sentiment, ces paroles constituent un poème. Or, le poème appartient au genre poétique donc à la littérature écrite. Toutefois, il importe de noter que ce texte poétique est beaucoup influencé par l’oralité dans la mesure où les paroles sont déclamées sur un rythme et un ton particulier par chacun des étudiants à tour de rôle. Nous comprenons donc que la littérature orale imprime ses marques partout dans la pièce, même dans la poésie qu’y est utilisée.

En définitive, les différents types de paroles littéraires notamment la chanson, le panégyrique, la poésie orale, les proverbes ont occupé une place de choix dans la pièce; soit 40% de l’ensemble des pages.

 

Conclusion

En somme, la pièce “Roi LMD International” nous présente les difficultés liées à l’application du système LMD dans certaines universités africaines. Elle met en relief la vie réelle du monde universitaire et nous invite à la négociation afin de résoudre les problèmes liés à ce système. Son originalité vient du fait qu’elle est une oeuvre culturelle, vu la place qu’y occupe l’oralité. Cette symbiose entre le texte dramatique et les ressources de la littérature orale (usage des proverbes, des chansons, des panégyriques) a ennobli son esthétique et constitue l’un des principaux charmes de la pièce. Il importe de noter que, même si “Roi LMD International”est écrit en français, il est authentiquement béninois en raison de l’impact des valeurs béninoises. Cet ouvrage est donc un véritable carrefour de plusieurs genres de la littérature orale.

 

Delmas Cossi Agbangla

 

 

AGBANGLA Cossi Delmas est étudiant en Lettres Modernes, Journaliste à « Le Héraut », Artiste dessinateur et séminariste.

________________________________________________________________________

 

 

Références bibliographiques et webographiques

– KOUDJO, Bienvenu, Pour une nouvelle taxinomie de la parole littéraire en Afrique : Problématique des genres de  la littérature orale, Éditions Awoudy, Lomé, 2015.

– BOGNIAHO, Ascension, Histoire du “ han” ou la chanson populaire dans Wémè (R.P. Bénin), Thèse de Doctorat de 3è cycle, Université de Paris XII-Val de Marne, 1981.

– GBEWA, J., GODONOU, A. P., HOUINDO, C., et OGOU, P., (sous la coordination de) NOUWLIGBETO, Roi LMD International, Perma Éditions, Cotonou, 2018.

– AKAKPO, Ablawa Rose, «  Théâtre/ Roi LMD International: Un regard désabusé sur le système LMD dans les universités africaines », https://www.lanationbenin.info/index.php/culture-3/155-culture/16558-theatre-roi-lmd-international-un-regard-desabuse-sur-le-systeme-lmd-dans-les-universites-africaines, 2018.

– ENO BELINGA, M. S., La littérature orale africaine, Ed. St Paul, Coll. Les classiques africains, Issy-les-Moulineaux.

– FANON, Frantz, Peau noire, masques blancs.




5 thoughts on “Littérature orale dans « Roi LMD International »

  1. Un très beau compte rendu de lecture. J’ai hâte de lire le livre. Félicitations à Delmas AGBANGLA. Merci à Biscottes littéraires pour le partage.

  2. Un très beau compte rendu de lecture. J’ai hâte de lire le livre. Félicitations à Delmas AGBANGLA. Merci à Biscottes littéraires pour le partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enter Captcha Here : *

Reload Image