« Je crois que c’est très bien d’empêcher l’usage du téléphone mobile dans les écoles car cette rigueur permettra d’aider les élèves à se concentrer en classe et à donner le meilleur d’eux-mêmes. Imaginez un peu ce que deviendraient les écoles s’il y était permis l’usage des appareils téléphoniques. Il n’y aura même plus de respect. Même en plein cours, il y en aurait qui seront en train denaviguer, soit en train de prendre des appels ou soit en ligne à mener des discussions oiseuses. Alors je crois que c’est une très bonne mesure que la prohibition de l’usage du téléphone en milieux scolaires. » Pierre SOKENOU

BL : Bonsoir Mr Pierre SOKENOU. Nous sommes vraiment heureux du fait que vous ayez accepté notre invitation pour une discussion autour de votre roman « LE PRIX D’UN PÉCHÉ » Nous vous prions de faire une présentation de vous, s’ il vous plaît.

PS : Je suis Pierre Mahutin SOKENOU. Pour le moment, je ne peux que dire que je suis bachelier puisqu’après m’être inscrit en géographie, je n’ai plus continué vu que le choix que j’ai fait ne répondait pas à mes rêves, à ma passion. Je suis originaire de Porto-Novo, précisément d’Adjarra. Je suis né en 1995.

BL : Veuillez nous raconter votre histoire d’amour avec les lettres.

PS : Les lettres, je les aime et les aimerai autant de fois que mon cœur battra. ÉCRIRE a toujours été ma passion. Depuis ma classe de seconde où j’ai commencé par chroniquer, je savais qu’un jour, je serais aussi auteur. Dans mon for intérieur, une voix me disait et me chantait ce refrain : vouloir, c’est pouvoir. Alors un jour, tu feras aussi partie des nobles écrivains de l’Afrique. Et là, me voici à mon tout premier essai littéraire.

BL : Vous venez de publier votre première œuvre : « LE PRIX D’UN PÉCHÉ ». Plusieurs jeunes commencent par un recueil de poèmes ou un recueil de nouvelles. Mais vous, vous faites votre entrée dans l’univers littéraire avec un roman. Pourquoi ce choix ?

PS : Merci ! Tout d’abord, la vie est un choix. Il faut savoir faire ses choix pour ne pas, après tout, regretter le choix qu’on s’est fait soi-même. J’ai choisi commencer par un roman et non, pas un recueil de poèmes ni par un recueil de nouvelles parce que, de toute ma vie, je n’aime pas trop m’intéresser aux poèmes. De même, les recueils de nouvelles, je les touche rarement car, les auteurs nouvellistes ne vont pas au fond de leurs histoires. A peine ils commencent bien, mais plus tard, laissent le lecteur en suspens. Or, pour imiter quelqu’un, il faut chercher à suivre ses pas et ses empreintes. C’est pour cela que très souvent, pour me divertir, je ne lis que des romans. Ce qui a plus perfectionné ma passion.

BL : Votre roman met en scène Grâce, candidate au BEPC qui tombe enceinte et qui, pour ce fait, se verra infligées des tortures de tous genres. Est-ce le fait de tomber enceinte sur les bancs que vous caricaturez par le terme « péché » dont le prix à payer est l’ensemble des tortures subies par Grâce

PS : Permettez-moi de vous répondre que ce n’est pas le cas. En bref, l’histoire de mon roman tourne autour d’une jeune fille qui tombe inconsciemment enceinte. Certes, le titre n’a aucun lien avec ce comportement que nous enregistrons au sein des collèges et universités. Ici, « LE PRIX D’UN PECHE« , pour ne pas aller très loin parce que l’histoire continue encore, je pourrai brièvement vous répondre que ici, LE PECHE, c’est un acte posé par la maman de Grâce, l’héroïne de l’histoire, et que c’est Grâce qui en a payé le Prix. Cependant, Permettez-moi de vous faire le bref résumé de toute l’histoire.

Maman Grâce, lorsqu’elle était enceinte de l’héroïne, confortablement assise dans son divan, elle reçut un coup téléphonique qu’elle répondit. L’appelant était anonyme. Ce dernier lui fit comprendre que son mari la filoutait, c’est-à-dire, avait une maîtresse en ville. Celle-ci, tiquée de jalousie, se mettra plus tard à mener ses enquêtes jusqu’au jour où elle découvrira l’habitation de sa rivale. C’est alors qu’un jour, elle s’y rendra avec un pistolet caché dans son sac. Arrivée là-bas, après avoir cogné plusieurs fois la porte de sa rivale, une jeune femme, ventre bien ballonné, affichant le signe d’un enfant presqu’à terme d’accouchement, lui ouvrira la porte. Après les salutations d’usage, la propriétaire de la maison la conduira dans la chambre et la fera asseoir puis retournera sur ses pas, instant de lui offrir un verre d’eau. C’est alors que Maman Grâce l’interpellera et lorsque celle-ci tournera la face à son hôte, la verra en pleine action de tire. Sans pitié, maman Grâce lâchera la gâchette. C’est ainsi que, la parturiente, en agonisant, dira à son hôte : ce péché que tu viens de commettre, non seulement tu paieras son prix mais aussi, l’enfant que tu portes dans ton sein en paiera.

Voilà donc un peu, la signification du titre de mon roman.

BL : Nous voyons une Grâce reniée et désavouée par ses parents mais « récupérée » par une main généreuse. Monsieur Pierre serait-il adepte de l’optimisme voltairien ?

PS : Pourquoi pas ! C’est toujours comme ça ! Pendant nos moments les plus morbides, il y a toujours quelqu’un pour nous conforter.

BL : Apparemment, vous semblez entériner l’idée selon laquelle la plus perdante de toute aventure amoureuse sur les bancs, eh bien, c’est la fille, puisque visiblement, Bruno n’a pas été vraiment inquiété. Votre avis sur cette analyse….

PS : Ce cas est général et s’observe partout dans le monde, quel que soit le domaine. Dans une relation amoureuse, lorsque naît une grossesse, c’est toujours la femme qui en souffre le pire. L’homme, lui, continue toujours ses préoccupations, tandis que la femme, ce problème lui constitue une grande barrière où, elle devra d’abord perdre plus d’un an. Alors, je crois que les autorités doivent revoir leurs constitutions afin que, dorénavant, lorsque de tel cas s’observerait, qu’il y ait aussi une sanction pour ne pas dire des sanctions, à l’égard de l’homme, lui aussi car, la jeune fille n’était pas la seule à goûter au plaisir et pourquoi serait-ce elle seule qui en subirait les embarras ?

BL : Fondamentalement, le livre convoque parents, enseignants et élèves pour un débat sérieux : dialoguer avec les adolescents autour des questions liées à la sexualité. Qu’est-ce qui, selon vous, empêchent les enseignants et même certains parents intellectuels à engager de tels débats avec leurs enfants ?

PS : C’est la HONTE ! Que ce soient des parents intellectuels ou non, ou enseignants, laissez-moi vous dire sans me tromper que c’est la honte. Je me rappelle lorsque j’étais allé dans un collège, vendre aux apprenants, mes livres et, au cours de la prestation, un des professeurs, après m’avoir attentivement écouté, demanda à ses élèves : quelle position donnerais-je à mes lèvres pour parler de la sexualité avec mes enfants ? Vous voyez un peu ? Donc, le facteur majeur, c’est la honte. Or, les enfants de nos jours, même déjà à l’âge de dix ans, savent déjà ce que c’est que le sexe. Ces parents qui traitent la sexualité de “ tabou ”, savent-ils ce que font leurs enfants une fois les avoir quittés pour leur école ? C’est la raison pour laquelle je trouve que les parents ne sont pas intelligents et que leurs enfants en sont plus qu’eux.

BL : Que devons-nous entendre par sexualité?

PS : De ce mot, nous avons un radical “ SEXE ” et l’autre partie qui ne serait que le suffixe. Alors, quand on prend SEXUALITÉ, nous pouvons dire que c’est l’ensemble de tout ce qui est relatif au sexe.

BL : Il y en a qui trouvent que le fait que les parents parlent de sexualité avec les enfants, cela leur ouvre les yeux sur un monde dangereux et à force d’être curieux, ils se font prendre aux pièges de l’amour, et la faute reviendrait aux parents. Qu’en pensez-vous ?

PS : C’est très faux ! Il y a plusieurs manières pour aborder le thème de sexualité avec les enfants. Ce n’est pas se lever et se mettre à parler de la sexualité en vrac ou par-ci par-là. Non et non ! Pour aborder ce thème avec son ou ses enfants, il faut d’abord une cassette instructive, c’est-à-dire une cassette dont, à travers le clip, peut-être l’héroïne est tombée enceinte. Alors, après avoir suivi le films avec les enfants,  vous les appelez et leur posiez la question que voici par exemple : qu’avez-vous retenu de ce film ?

C’est alors chacun se mettra à dire ce qu’il a vu de ses yeux. C’est maintenant, vous continuerez avec une autre interrogation comme : et que faut-il faire pour ne pas tomber dans le même pétrin que cette fille qui est tombée enceinte ?

C’est alors que filles comme garçons, donneront leurs points de vue. Et voilà ! Mais de grâce, ce n’est pas lorsque l’enfant serait déjà assez grand et serait déjà en train de procéder clandestinement ses formations que vous alliez commencé par lui parler de la sexualité. Avec l’ère actuelle, déjà à partir de six ans, les parents devraient commencer par parler peu à peu de la sexualité avec les enfants avant qu’il ne soit trop tard et surtout, avec des vidéos à l’appui.

BL : Vous êtes professeur de Français. Que vous inspirent les nombreux cas de grossesses en milieu scolaire ?

PS : Je crois que, tel que je l’avais souligné au plus haut, j’accuse les membres administrateurs des écoles, collèges et universités. Normalement, lorsqu’il arrive ces genres de cas, non seulement la jeune future mère sera durement sanctionnée, mais aussi, l’homme avec qui elle a commis l’acte. Pour finir, les deux seront tous exclus. Comme ça, il y aura beaucoup d’amélioration. On ne refuse pas de faire l’amour mais, se préserver tout d’abord pour éviter les éventuels risques. Alors, je crois que, c’est un défi à revoir.

BL : Pensez-vous que l’on peut arriver à rétablir cet ordre juste à partir des livres ? Autrement dit, y arriverait-on rien qu’avec la littérature?

PS : Je ne crois pas que seules les œuvres littéraires puissent rétablir cet ordre car, il en a très peu d’écrivains qui ont abordé ce thème de sexualité. Je crois alors que seront-ce les conseils de la part des parents qui prédomineront plus.

BL : À part les livres, que pensez-vous qu’on peu faire d’autre pour tourner l’attention des parents sur l’importance des échanges parents-enfants surtout sur la sexualité?

PS : Très belle question ! Pour relever ce défi, je crois que la tâche revient aux médias. Je veux citer les presses écrites ; les émissions télévisées et pourquoi pas, radiodiffusées ? Chaque chaîne doit avoir un programme déterminé à travers lequel on valorisera l’entretien parents-enfants. Je crois que comme ça, beaucoup des parents en tireront intérêts.

BL : Vous campez l’intrigue à Parakou. Pourquoi ce choix ? Est-ce à dire que c’est dans cette ville que l’on rencontre le plus grand nombre de cas de grossesses en milieu scolaire ?

PS : Oh pas du tout ! D’ailleurs, c’est à Porto-Novo que l’héroïne est tombée enceinte. En effet, je n’ai pas choisi cette ville pour cette raison. Je l’ai plutôt choisie pour montrer au lectorat que, même si on quittait une région pour une autre parce qu’on souffre, les vicissitudes en demeurent les mêmes tant que l’heure de Dieu n’a pas encore sonné pour y mettre une fin.

BL : Le livre aborde aussi la question de l’usage des téléphones portables en milieu scolaire. Quel est votre avis sur cette question ?

PS : Je crois que c’est très bien d’empêcher l’usage du téléphone mobile dans les écoles car cette rigueur permettra d’aider les élèves à se concentrer en classe et à donner le meilleur d’eux-mêmes. Imaginez un peu ce que deviendraient les écoles s’il y était permis l’usage des appareils téléphoniques. Il n’y aura même plus de respect. Même en plein cours, il y en aurait qui seront en train denaviguer, soit en train de prendre des appels ou soit en ligne à mener des discussions oiseuses. Alors je crois que c’est une très bonne mesure que la prohibition de l’usage du téléphone en milieux scolaires.

BL : Quel message avez-vous à lancer à l’adresse des parents qui croient que les fouets corrigent mieux que les conseils ?

PS : Comme conseils, je pourrais tout simplement leur dire que c’est parce qu’ils se trompent qu’ils pensent que les fouets corrigent mieux que les conseils. La primordiale des choses qu’ils oublient est qu’ils ne se rendent pas compte qu’ils sont la belle image de l’avenir de leurs rejetons. J’en connais bien des parents qui sont courtois, loyaux et optimistes avec leurs enfants. Ainsi, les enfants n’ont jamais peur de leur avouer les troubles qui rongent leur cœur. Et voilà comment fonctionne une famille épanouie. Par contre, il y en a qui, lorsque les enfants entendent le cri de leur moto ou de leur voiture, le reflexe immédiat, c’est courir rapidement et aller se cacher quelque pas : c’est malsain, je vous l’avoue.

BL : Qu’est-ce qui vous a inspiré l’écriture de ce roman?

PS : Pour écrire ce roman, c’est parce que j’ai d’abord été élève et ai vécu beaucoup de choses en milieu scolaire. Et d’ailleurs, les séquences de mon roman ne se limitent pas seulement sur l’attitude des élèves ! Ça va jusqu’à l’adresse des professeurs qui, en pleine année scolaire, pourchassent les jeunes filles et lorsqu’ils finissent par découvrir que celles-ci sont en relation avec les élèves dont ils en sont encadreurs, le prix que paient innocemment ces jeunes garçons. Beaucoup de choses m’ont quand même inspiré et j’en suis sûr que mon lectorat n’en regrettera jamais d’avoir perdu son temps à lire le roman.

BL : Quelles ont été les plus grandes difficultés que vous avez rencontrées depuis l’écriture de l’œuvre jusqu’à son édition?

PS : Oh ! J’ai rencontré une kyrielle de difficultés ! D’abord, ce qui connaîtra le succès et un très bon succès digne de qualificatif doit être bien étudié et bien travaillé. Alors, parce que c’est une autoédition que j’ai faite, j’ai rencontré beaucoup de difficultés dont je ne peux actuellement pas tout citer. La rédaction, je l’ai terminée en moins d’un mois. Je parle bien de tous les tomes. C’est au cours de la correction que j’ai rencontré toutes les péripéties. Soit les professeurs à qui je confie la correction de mon manuscrit n’ont pas mon temps ; soit ils prennent le manuscrit sans le toucher pendant des mois. Pourtant, je ne me décourageais pas car, je savais que lorsque l’heure de Dieu sonnera, même les obstacles en constitueront des heures de gloire. C’est ainsi qu’un jour, je suis tombé sur un écrivain togolais qui m’a corrigé mon manuscrit qui a duré environ un mois soit deux. Mais finalement, j’ai pu tirer mon épingle du jeu même si ça n’a pas été facile. En ce qui concerne son édition, je prends Dieu au témoin : personne ne m’a donné même un franc. C’est Dieu qui a été mon soutien. Pour moi, il y a une seule phrase qui compte : vouloir, c’est pouvoir.

BL : Sur le roman, nous lisons « tome 1 ». C’est dire donc que l’histoire aura encore d’autres tomes. Combien de tomes alors ?

PS : Ah oui ! Mon roman sera fait en plusieurs tomes. Au total, « LE PRIX D’UN PECHE » comptera sept voire huit tomes. C’est de la Saga.

BL : Pourquoi n’avez-vous pas choisi écrire votre livre en un seul et aviez choisi l’écrire en tomes ?

PS : Merci ! J’ai choisi écrire mon roman en tomes et non en un seul parce que, j’en ai lu plusieurs romans qui, normalement, devraient avoir de suite mais brusquement, l’auteur laisse ses lecteurs, deviner eux-mêmes, la fin. Et moi, ça me dégoute parfois. Voilà la raison pour laquelle j’ai opté ce choix. Et ce n’est pas d’ailleurs le seul motif ! La jeunesse d’aujourd’hui n’aime plus perdre son temps devant les bouquins. Les jeunes du vingt-et-unième siècle préfèrent passer leur temps devant les télévisions ou plutôt, sur les réseaux sociaux que dans les livres. Ils ignorent l’utilité de la lecture sur leur avenir. Il en a plein qui, lorsque le livre est diantrement volumineux, ils n’aiment pas le toucher. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le tome 1 n’a compté que quatre-vingt-dix pages au total car, j’ai bien envie que mon lectorat soit au parfum du message de mon livre et finalement, ils sont très nombreux à apprécier le volume.

BL : À combien « LE PRIX D’UN PÉCHÉ », est-il vendu et où peut-on le trouver?

PS : « LE PRIX D’UN PECHE » est vendu à deux mille francs (2.000f) dans les librairies et à mille cinq cents francs (1.500f) avec moi-même, pour ceux qui songent avoir de dédicace. Ils peuvent à tout prix me contacter sur whatsApps à l’adresse : +229 96-66-47-18.

BL : Quels sont vos projets littéraires ?

PS : Comme projets littéraires, je compte être au service de la littérature, toute ma vie. Être à l’honneur des lettres a toujours été ma passion.

BL : Votre mot de la fin.

PS : Comme mot de clôture, j’exhorte tout simplement les parents à revoir leur système d’éducation car, les jeunes collégiennes qui tombent enceinte que les bancs, les parents sont les tous premiers acteurs dont les mères en l’occurrence. Une mère ne doit pas avoir honte d’aborder le thème de sexualité avec les enfants. Le commencement de toute chose est toujours difficile mais, au fur et à mesure que l’on s’y approprie, ça devient une habitude. Alors, que chers parents se réveillent de leur sommeil et sachent qu’ils ont encore du pain sur la planche.

 

Interview réalisée par Théophile VODOUNON

  1. Un beau interview.
    Comment construire sa propre vie alors que pend réellement sur soi un sort auquel on est soi-même « étranger » ?
    « Étranger » !
    Ne devons-nous pas l’être ?
    l’Afrique vraiment profonde avec ses moeurs, ses pratiques et ses jeunesses de coutume.
    Responsabilité générationnelle !
    Et désormais nous voulons éssayer, mais sans nous, la jeunesse composée d’enfants, d’adultes, pères de demain. La sexualité sans TABOU.
    Si l’on retrace des pierres,
    Arrive à éviter la malédiction qui frappe en plein midi,
    ou avoir le courage, ne serait-ce que ça d’imaginer le simple fait de recueillir de la fumée en pleine nuit. Et dire avoir honte d’en parler.
    Non ne doigtons pas la race. Parlant de notre jeunesse béninoise, outre cette bataille que nous livrons, nous faut-il à mon humble avis une grande prise de conscience dans tous les sens et chez tout le monde (sans oublier les sanctions bien sûr). Bânir en sexualité les fleurs du mal.
    Agissons !
    Mais sachons prendre conscience de la réalité des choses avant d’agir.

Leave a Reply

Enter Captcha Here : *

Reload Image