PALABRE AUTOUR DE « COLORANT FELIX », LIVRE EN LICE DU POLA 2022

PALABRE AUTOUR DE « COLORANT FELIX », LIVRE EN LICE DU POLA 2022

      

Ce samedi 07 mai 2022, la librairie Savoir d’Afrique a abrité le café littéraire autour de Colorant Félix. Cet événement a connu la présence d’un parterre de passionnés de lettres. Plusieurs épris de la littérature étaient venus connaitre davantage l’auteur et son œuvre. Cette causerie livresque a eu pour thème ‘’Palabre autour de Colorant Félix ‘’. Pour rappel, Colorant Félix est un roman commis par un prêtre béninois du nom de Destin AKPO. Le livre est en lice pour le POLA (Prix Orange du Livre en Afrique) 2022. La rencontre peut-être structurée en trois phases.

L’ouverture

Les mots de bienvenue étaient ceux de Mme Prudencienne GBAGUIDI, la Présidente de l’ALPB (Association des Libraires Professionnels du Bénin), et promotrice de la librairie Savoir d’Afrique. Elle a manifesté toute sa joie de compter les amoureux de la chose littéraire dans les locaux de sa librairie pour célébrer le livre. Elle s’est sentie doublement heureuse parce que cette rencontre reste la toute première organisée autour d’un livre au Bénin dans le cadre du P.O.L.A.

Monsieur Jean Florentin AGBONA a succédé à la promotrice en faisant une brillante présentation du PRIX ORANGE DU LIVRE EN AFRIQUE. Il a également partagé ses notes de lecture des 6 livres finalistes de cette 4ème édition du POLA. De son intervention, on retient que le Cameroun est le premier pays à remporter le Prix de la première édition du POLA en 2019 avec Les larmes de la patience de Amal Amadou Djaïli. Le Maroc impose sa suprématie en raflant successivement les éditions 2020 (C’est beau, la guerre de Youssouf Amine ELALAMY) et 2021 (Pourvu qu’il soit de bonne humeur de Loubna Serraj). En ce qui concerne cette 4ème édition (2022), 6 livres sont retenus pour la phase finale. Il s’agit de :

1- Colorant Félix de Destin Akpo (Bénin) ;

2-  Le silence des horizons de Beyrouk (Mauritanie) ;

3-  Le livre d’Elias  de Chab (Mali) ;

4- Le prix du cinquième jour de Khaoula Hosni;

5- Maguia ou le prix de la liberté de Lorance-K (Cameroun);

6- Bel abime de Yamen Manaï (Tunisie).

Le lauréat sera connu fin juin 2022. Le jury de cette 4ème édition est présidé par l’écrivaine internationale ivoirienne Véronique Tadjo.

La présentation de Colorant Félix

Le roman a été ensuite brillamment présenté par Christophe AMOUSSOU (Chroniqueur littéraire et Enseignant de français dans les lycées et collèges du Bénin). Pour l’homme de lettres, Colorant Félix est le souffle de l’Afrique traditionnelle et contemporaine. Il a martelé que  » Le continent africain et surtout la Côte d’Ivoire ne doivent plus pleurer. Car nous avons enfin un autre Ahmadou Kourouma en la personne du père Destin AKPO.

Échange avec le public

La troisième phase phare de cette rencontre reste celle de l’échange. Le public, très aguerri et très préparé pour avoir déjà lu le livre, a voulu connaître davantage l’auteur et son ouvrage. Il a exposé ses préoccupations et ses impressions par rapport à Colorant Félix. Comme le disait Senghor, ce fut un véritable moment de donner et de recevoir.

L’auteur se défend en ces termes face à une question qui aborde l’onomastique de l’ouvrage : « le nom est sacré. Ce n’est pas anodin qu’une fois en prison, on enlève au prisonnier son nom pour lui attribuer un numéro. C’est un premier coup psychologique. Autrement dit, ce dernier n’existe plus. Le nom est donc très important, parce ce que c’est ce qui définit un individu. Je ne me gêne pas pour trouver les noms de mes personnages. Ils sont en moi et nous partageons le quotidien ensemble. Je suis très attaché à ma culture africaine. Et la culture, c’est tout ce que nous pouvons encore entretenir aujourd’hui en tant qu’Africain. »

L’écrivaine Myrtille HAHO a su modérer cette séance avec une sérénité implacable. Elle a aussi partagé avec le public son compte rendu de lecture du livre.

Le café littéraire a donc connu son épilogue dans une ambiance décontractée. Les épris littéraires étaient plus que satisfaits de cet échange qui leur a permis de mieux pénétrer les méandres de ce livre qu’un lecteur a traité de « classique africain ».

                                                                    Ricardo AKPO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enter Captcha Here : *

Reload Image

×

Aimez notre page Facebook