Ces filles qu’on oublie jamais » de Fabroni Bill YOCLOUNON

Ces filles qu’on oublie jamais » de Fabroni Bill YOCLOUNON

Nǔ nyɔ́ nú mɛ è mɔ nyɔnu jɔ nyɔnu é. Nyɔnu jɔ nyɔnu xɔ akwɛ hú jɛ̌nana. Asú tɔn nɔ ɖèjì dó wǔ tɔn ; nǔɖé nɔ hwedo è ǎ. É nɔ vankan dó azɔ wú ; é nɔ blá alɔ dó wǔ ǎ. Vǐ tɔn lɛɛ nɔ kpa ɛ‚ asú tɔn nɔ mla ɛ ɖɔ :  » nyɔnu gege ɖó zínzán ɖagbe ‚ amɔ‚ towe ɔ hú ye bǐ tɔn ». Azɔ è nyɔnu mɔhun nɔ wà è ɔ‚ è ní bó ná ɛ ajɔ tɔn‚ tò ɔ bǐ ní kpà azɔ tɔn.

Cette injonction de la chute de cette séquence du poème dédié à la femme vertueuse par l’auteur sacré des Proverbes de la Bible, s’accomplit bien avec la plume du sieur Fabroni Bill YOCLOUNON dans son recueil de nouvelles  Ces filles qu’on oublie jamais.

Ce livre littéraire, aéré, d’un attrait singulier, est un joyau de 180 pages environs, écrit en dix nouvelles qui, au-delà d’une œuvre littéraire, est une réponse aux problèmes de notre temps.

Nǔwanǔmɔnɔ wɛ kpɔn ajalalazɛnví mɛ lóbó mɔ Dádá Hunjlo tɔn sɛdó ; é ɖɔ : ali nù ali nù wɛ mɛ ɖokpó ɖokpó ɖè nú mɛ. Ɖò gbɛ mɛtɔn mɛ ɔ‚ ɖò tají hwenu è ɖò azɔmɛ yì wɛ ɔ‚ mɛɖé lɛɛ nɔ nyí manawɔn ɖó walɔ yetɔn ɖelɛɛ wú‚ ɖó ali ɖagbe è nù ye ɖè nú mɛ é wú.

Ɖyɔvǐ atɔɔn wɛ ɖò manawɔn tɛnmɛ nú wěmáwlantɔ Fabroni Bill YOCLOUNON.

1- Ablawa sè abɔmɛ gán bɔ xó fó.

2- Akɔsiwa nɔ jihan bɔ nǔ bǐ vɔ déwú.

3- Yɛyínú nyɔ wɔ ɖa tawun.

4- Ayɔɖele nyɔ ɖɛkpɛ titewungbe.

5- Yabɔ nyí nyɔnu agóojye bó dó hlɔnhlɔn ɖesu.

La danse, le chant, le repas, la beauté et la force sont cinq attributs que l’écrivain a voulu bien caractériser à travers la gent féminine pour solutionner les maux de notre temps. Avec toutes ces caractéristiques réunies chez une femme, on ne porte plus de doute sur la douceur et la stabilité de son ménage, reflet de l’éducation particulière de sa progéniture.

Nǔ è nyí azɔn hwe mìtɔn nù tɔn ɔ lɛɛ ɖě nɛ nyí hwɛndo núwíwá mìtɔn lɛɛ má tuun ‚ anɔnugbe mìtɔn má nyɔ dó ‚ kplɔn má ná aɖiví ɖó ganjí ‚ tò má nyɔ hɛn nɛ́.

Les noms Ablawa, Akɔsiwa‚ Yɛyínú‚ Ayɔɖele et Yabɔ choisis à dessein par l’auteur est l’expression de la pluralité de la culture béninoise. La danse, le chant et l’art culinaire sont des axes qui ouvrent le chantier de développement de notre pays via la culture et le tourisme. L’auteur, pouvait choisir des prénoms comme Angeline, Peggy, Chantal dans cette nouvelle qui donne son nom au recueil. Il pouvait choisir les repas comme Salade, Chawarma, mais il n’a choisi que la pâte, symbole de tous les mets de chez nous. La beauté physique et surtout la beauté morale qu’incarne Ayɔɖele sont le carburant pour faire régner la paix dans les ménages. La force que possède Yabɔ est le symbole de tous les sacrifices qu’il convient de faire pour l’éducation des enfants.

Ényí ɖɔ tòxóɖiɖɔ wá huzu nǔ kwíjì kwíjì‚ bó wá nyí xɛsi nú ɔ‚ kplɔn má ná vǐ lɛɛ dó ganjí ɖémɛ. Gbɛ elɔ ná fá bónú hɛnnu lɛɛ bǐ ná lído ɔ‚ sunnu kpódó nyɔnu kpán tɔn wɛ‚ amɔ‚ nyɔnu wɛ nyí alɔ sú ɖò azɔ nɛ wíwá lí xò.

Fabroni Bill YOCLOUNON est l’un des jeunes rare de notre génération dont la lutte n’est pas la course au gain facile, mais la lutte pour la restauration du Bénin à travers la langue et la culture. Ce recueil de nouvelles vient à point nommé pour corriger quelques dérapages de notre cité et pour recentrer la femme dans sa dignité divine.

Vitɔ‚ vinɔ‚ ényí mì tuun ɖɔ ali ɖaxó jí wɛ nyɔnu ɖè nú nukɔn yìyì tò ɔ tɔn ɔ‚ mì bónú kplɔn ná vǐ nyɔnu lɛɛ má xò kɔ ó. Mì má kpéwú bó bló ganjí tɔn ɖò xwédó lɛɛ mɛ ǎ ɔ‚ hagbɛ yetɔn ká ná wá kplɔn nǔ è má sɔgbe ǎ yě ɖò tòxò mɛ.

Notre temps est en danger. Le titre du livre écrit en rouge en dit mieux. Mais il faut une femme vertueuse et naturelle, telle que cette jeune fille qui se trouve à la première de couverture pour que la paix revienne en abondance et pour que triomphe notre génération et notre pays entier : c’est ce que symbolise le fond de la première de couverture.

Nuxatɔ lɛɛ émí ‚ nǔ ɖò wěmá elɔ mɛ ‚ bó dɔn mɛ‚ bó víví. Akpáxwé tɔn lɛɛ hùnhùn ná ná kɔbɛ mɛɖé ǎ.

Un mot sur chaque nouvelle.

1- Sucré-Salé.

Nǎjinɔ tɛ ká síxú wɔn aɖǔkún ée ɖù ɖò ajidonu é ? Aɖiví tɛ ká síxú wɔn ya è naye tɔn jì dó é lé ? Aaayi !….

2- journal intime d’une gamine.

Vǐtɔ́ kpódó vǐnɔ kpán ɖó ná kpénúkún ví nyɔ nú yetɔn ée jɛ wìnnyá wìnnyá jí é wú ; é má nyí mɔ̌ǎ ɔ ‚ étɔn ɖɔhun lɛ́ɛ ná wá yì kplɔn ɛ́ nǔ è má sɔgbe ǎ lɛɛ é. Mɛjitɔ́ ɖó ná bà hwenu bó ná cyan xó xá aɖimɛví lɛɛ.

3- les saisons d’une beauté.

Etɛ́ ká síxú zɔn káká bɔ Charlotte‚ nɔví xɔntɔn Ahlam tɔn ɔ́‚ agbaza tɔn ná wá dó klijo bɔ asú tɔn Djibril ɔ́ ná wá jó é dó ? Adǎngbomɛ hwenu wɛ xɔntɔn nɔ nyɔ́. Kɛn nɔ dɔn ɖagbe ɖé wá ǎ.

4- le téléphone.

Wǔhwínhwán asú lɛɛ tɔn syɛn dín ‚ Cóbónú è ká ná vɛ̀ afɔdogbě dó asì mɛtɔn ɔ́‚ è bó ba dò ná ganjí.

5- ces filles qu’on n’oublie jamais.

Nǔwanǔmɔnɔ wɛ kpɔn ajalalazɛnví mɛ lóbó mɔ Dádá Hunjlo tɔn sɛdó : ali nù ali nù wɛ mɛ ɖokpó ɖokpó ɖè nú mɛ. Ɖò azɔmɛ yìyì lí nù ɔ‚ mɛ ɖelɛɛ tîin bɔ è síxú wɔn ǎ.

6- féminin ou masculin.

Sika sín wǎnyíyí gbɛ ɖuklan. Mɛ biblɛ súnnú lɛɛ tɔn sukpɔ

7- la nuit de trop.

Kofi kpódó Magali kpán sù ǎ bó ká ɖó xó xá yeɖee. Linkpɔn wá sukpɔ hwenu Magali bà glegbe tɔn kpó é.

8- et je pensais à sa mère.

Yɛhwenɔ xɔntɔn cè ɔ sín tɔ kú ; asukusi yaɖé yaɖé ɖevo.

9- la grève des prostitués.

Núkún syɛn dó hɛn tò nɔ dɔn wìnnyá wìnnyá wá. Adɔ è xovɛ sìn é sɔ nɔ sètónú ǎ. É ɖò mɔ có ‚ tògán ɖó ná tuun hudo tò tɔn tɔn bó ná tuun gbè è é ná yí nú nǔ è byɔ wɛ tòví lɛɛ ɖè é.

10- célibat à terre.

Súnnú blɔ má ɖé wú ɖě ɖè ǎ. Kim ná lɛ dánhùn kpɛɖé có bó ná wá mɔ Erickson ée bà wɛ é ɖè é.

Raphaël ZOSSOUNGBO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enter Captcha Here : *

Reload Image

×

Aimez notre page Facebook