L’empereur et ses balles perdues de Landry OUOKO DELOMBAUT

L’empereur et ses balles perdues de Landry OUOKO DELOMBAUT

La littérature africaine a toujours été nourrie soit par l’actualité soit par l’histoire. À ce propos, même si nous sommes en 2021, beaucoup d’auteurs se plongent souvent dans le passé pour nous faire vivre des faits qui ont marqué certains pays du continent africain. Landry OUOKO DELOMBAUT, à travers ce recueil de nouvelles L’ empereur et ses balles perdues nous fait vivre la vie en République centrafricaine après 56 ans d’indépendance. Ce livre est composé de cinq (05) nouvelles.

Du bref résumé des nouvelles

A la poursuite du libérateur (pp. 9-31)

Jean est attaqué par des rebelles qui ne cherchent qu’à le dépouiller de son argent dans un pays où la situation politique est au bord de l’implosion. Le commandant Anatole et toute sa patrouille se lancent à leur suite. Les rebelles qui, après avoir volé un taxi se retrouvent sur un pont dans une impasse, car sans carburant. Malheureusement pour eux, Francis, qui attendant de mettre fin à sa vie à cause des nombreux problèmes qu’il a, abat les rebelles, puis se jettent dans l’eau sous le pont.

Quelques personnages :

Jean : ouvrier, volé par les rebelles

Les rebelles : des hommes qui malmènent la population

Francis : homme fatigué de la vie, animé par l’envie du suicide.

  • Un ami au cœur fragile (pp 35-53)

Histoire de coeur ! L’amour, quand il nous tient. Fifi et Bélinda, depuis la classe de 3è s’aimaient, d’un amour vrai contre vents et marrées. En classe de terminale, pour bien préparer le BAC, Bélinda demanda une pause à Fifi. Ce dernier n’était pas prêt et le prit mal, puis s’emporta. Ce qui obligea Bélinda à annoncer la rupture définitive de leur relation. Ne pouvant plus supporter, Fifi se suicida

Queqlues personnages :

Fifi : jeune garçon amoureux de Bélinda

Bélinda : jeune fille, copine de Fifi

  • L’empereur et ses balles perdues (pp. 55-79)

Le narrateur personnage raconte son règne durant lequel il a connu la gloire, l’apogée, le déclin puis la mort. Ancien combattant, il avait pris le pouvoir par un coup, d’état et est aussi renversé par un coup d’état, avant de s’exiler et d’être gracié.

Quelques personnages :

Narrateur : homme politique sanguinaire

David : cousin du narrateur et traitre

  • Ma bouteille et moi (pp 81-93)

Le narrateur personnage va en boîte de nuit avec sa compagne pour changer d’air. Malheureusement, il retrouve dehors dans sa voiture deux cadavres, consécutive à une action de la milice Séléka. La population crie à la justice. Mais un bain de sang se produit car les milices séléka sont venues les massacrer.

Quelques personnages :

Narrateur : victime d’un coup monté

Adeline : compagne du narrateur

Séléka et Anti-balaka : des milices qui assassinent la population

  • KWÂ TI-LACHO (pp 98-113)

Ayant été radié des forces armées, le narrateur personnage, malgré les nombreuses tentatives pour se faire réinsérer ou  trouver du travail, se retrouve dans une galère totale. Il décide braquer la cathédrale Notre Dame de Bangui, après avoir découvert que le banquier de la ville, le curé de la paroisse, son adjoint, le père Antoine, Bob et sa femme Yassi entretenaient une sorte de relations (infidélité pour les uns, blanchiment d’argent et vol pour les autres).

Quelques personnages :

Narrateur : c’est le braqueur, qui se met dans la peau d’un justicier

Le Curé de la Cathédrale Notre Dame de Bangui : il entretient des relations de blanchiment d’argent avec le banquier, c’est un corrompu

Père Antoine : le complice du curé et du banquier

Le banquier : c’est lui qui blanchit et vole l’argent de la banque.

Yassi : femme infidèle.

Du point de vue

Ce livre, L’empereur et ses balles perdues est une chasse croisée à travers le temps, dénichant les réalisations et actions des gouvernants de la république de Centre Afrique. L’auteur en profite en effet pour dénoncer les barbaries et les romances commises dans cette ville, Bangui la coquette. On y trouve des vieux souvenirs des Formidables Musiki, du Punch Coco, du push de la saint Sylvestre, des Zakawas, sans oublier les fameux Séléka et Anti-Balaka. Comme thématique, on peut trouver le viol, le vol, les assassinats, l’amour, la dictature, la trahison et la thématique cruciale du suicide revient couramment pour lever un coin de voile sur ce phénomène de société.

Kouassi Claude OBOE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enter Captcha Here : *

Reload Image

×

Aimez notre page Facebook