« Ces filles qu’on n’oublie jamais » de Bill Fabroni Yoclounon

« Ces filles qu’on n’oublie jamais » de Bill Fabroni Yoclounon


Inutile de forger mes propres mots pour commencer à dire « Ces filles qu’on n’oublie jamais« . Bill Fabroni Yoclounon sait parler de ses histoires et les décrit en quatrième de couverture en disant <<Chaque femme est un visage de la société. Chaque nouvelle de ce recueil dépeint une femme, donc une part de notre communauté>>. L’écrivain trouve en chacun de ses personnages principaux qui sont toutes des femmes un idéal commun : l’innocence. Les canaux de narration sont souvent une lettre, un journal intime, une réflexion intérieure intense, une remise en cause. Dix nouvelles se déroulent dans ce recueil à travers des lignes matures.
1- Sucré-salé parle de maternité. Elle décrit la délivrance de Grâce et de Kate, deux femmes différentes que l’accouchement relie et sépare tout autant telle une histoire vraie tant la réalité des faits est surprenante.


2- « Journal intime d’une gamine » donne la parole à Eugénia, une enfant de dix ans à travers son journal intime. Elle raconte ses interrogations sans réponse, ses peurs intérieurs du monde qui l’entoure et des changements dans sa vie. 


3- « Les saisons d’une beauté » étale sous nos yeux la lettre écrite par Charlotte à son amie et nièce Ahlam à qui elle se confie. Ses heures de gloire, sa beauté déchue à cause des produits décapants et le délaissement de son mari qui fait d’elle une paria de la société. Cette nouvelle sensibilise sur les méfaits de la dépigmentation et fait tirer des leçons à Charlotte.


4- « Le téléphone »  narre la vie du couple Elavagnon où la pomme de discorde était un téléphone qui sonnait un peu trop souvent aux yeux du mari jaloux et qui l’emmena à soupçonner sa femme d’adultère. En page 68, le mari dit :<< – Tu mérites pire, vagabonde ! Tu viens de commettre l’adultère en flagrant délit devant moi. Mes oreilles et mes yeux en sont témoins. Tu décroches l’appel d’un homme en étant nue. Quelle conclusion veux-tu que je tire ? Tu as commis l’adultère. Tu as laissé cet homme violer ton intimité.>>


5- La nouvelle qui donne son titre à l’œuvre « Ces filles qu’on n’oublie jamais » est un tableau peint d’Ablawa, d’Akossiwa, de Yeyinu, d’Ayodélé et de Yabo. À travers ces pages, nous voguons dans la vie de ces jeunes filles grâce à Bill Fabroni Yoclounon qui leur dédie ces phrasées grâce à la particularité de leurs qualités.


6- « Féminin ou Masculin » est cette nouvelle où Sika vit le 14 Février seule et pleine d’espoir. L’espoir de l’amour, l’espoir qu’offre le bien-aimé qui ne viendra jamais. Elle y parle de sa révolte de l’attente mais aussi son envie à peine voilée d’être un homme ne serait-ce qu’une fois dans sa vie.


7- « La nuit de trop » est une triste histoire qui parle de la tragique fin de Koffi qui brûlait de peur quand sa bien-aimée Magali lui annonçait qu’elle n’avait pas eu ses menstrues. 


8- « Et je pensais à sa mère… » relate une histoire vraie; sortie certes de l’imagination de l’auteur mais une histoire qu’il a vécu et qu’il a rendu de façon très factuelle. Il s’agissait du décès du père de son mentor. Les faits racontés lors de cette épreuve de la vie  sont un acte émouvant.


9- « La grève des prostituées » est une satire sociale qui décrit le système de gestion de la cité, les mécontentements des populations et le changement de tout un système mis en place depuis longtemps.


10- « Célibat à terre » parle de l’aventure de Kim la tueuse qui espérait trouver le prince charmant sur les réseaux sociaux mais fût prise de court par ses propres critères de sélection qui la guideront vers Rickson. La fin aura bien justifié ses moyens utilisés.


Bill Fabroni Yoclounon pose un acte de générosité en dédiant cette œuvre à des personnes chères à son cœur. La femme a été sa grande thématique où gravitent la société actuelle. Il n’y a pas de hasard dans chaque projet pensé et ce projet a pris corps pour qu’il y ait l’éternité de la femme. Publié en Août 2021 aux Éditions Plurielles, cette œuvre se laisse lire et fait déjà son voyage dans le cœur de chaque lecteur.


Myrtille Akofa HAHO

1 comment

C’est en fait une invitation que nous adresse l’écrivain, rien que par le titre de son ouvrage; une invitation à ne pas oublier ces filles qui ont traversé notre vie, sans omettre celles qui sont restées et nous suivent comme notre ombre.
Ces filles arrivent chacune avec son histoire et ses rêves.
Non, impossible de les oublier.

Merci et félicitations à toute la team de Biscottes Littéraires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enter Captcha Here : *

Reload Image

×

Aimez notre page Facebook