Category Archives: Chroniques complètes

Arsène Pancrace Edehou, est un poète d’un lointain jouissif, malgré son « sérieux avertissement » dès l’entame de son recueil Tessons amnésiques (Porto-Novo, Editions Légende, 2023, 68p.) qui voudrait bien l’excuser de prendre la parole dans un monde de brutes, totalement machiné et défraîchi. Comme s’il fallait attendre d’être Senghor pour faire une première « part d’émotion ». Qu’on ne s’y trompe pas : le poète meurt et renaît, non de ses cendres, mais de la lessive de ses linges sales et intimes : « après l’instant/rempli d’un vin ruine/ou je mourrai d’un silence borgne/ » ( p.17). C’est donc dans la cueillaison des mots et des fragmentsqui forment ce florilège qu’il faut situer la verve et le sens oraculaire de la parole poétique d’Arsène Edehou qui se donne comme tâche d’écrire « la détresse sonore de (ses) jours et l’allégresse lumineuse de (ses) nuits ». Si les images flamboyantes et somatiques dans ce recueilnous emportent et transportent dans leur…

Read more

« Ce vertige en moi » écrit par l’auteur, CHARLEMAGNE GBONKE est un roman de 121 pages subdivisés en quatorze chapitres parus aux éditions Légende. La couverture d’un vert dégradé de blanc présente un jeune élève soucieux et triste visiblement en proie à mille questionnements. Le titre du livre : « Ce vertige en moi » est en couleur rouge comme pour marquer la gravité du sujet et du contexte. La police, la taille et les interlignes choisis avec soin rendent la lecture agréable et digeste. Dans le fond, l’ouvrage s’ouvre sur un méfait sinon un forfait déjà dès les toutes premières pages. « Ce vertige en moi » prend source d’ailleurs de ce qui n’est qu’une rumeur. Une rumeur qui comme une trainée de poudre laissera des traces indélébiles. « Malgré moi, j’acceptai l’inéluctable idée d’abandonner l’école et je m’efforçai à penser à changer d’école et de ville. Cela me semblait convenant. Je ne désirais qu’une chose :…

Read more

Ismaël TETA est un écrivain, dont le genre littéraire de prédilection est la poésie. Dans ce compte-rendu critique, nous analysons ses recueils de poèmes Réminiscences et Réviviscences, respectivement publiés en 2017 et 2022. Nous avons lu ces œuvres séparément, puis simultanément. Et ce, à partir d’une posture critique, qui nous a permis de dégager la compétence esthétique du poète à poétiser le passé. Chez Ismaël TETA, la poétisation passe par la sublimation du passé et l’aspiration à un monde sain, associée à un fond de nostalgie et de désespoir, l’attachement à une vision positive et optimiste de la vie, à une continuité porteuse de valeurs.   De fait, à travers ses œuvres que nous analysons ici, le poète nous donne à apprécier sa capacité à traduire, dans un langage non scientifique, et fortement accessible aux « initiés » de la chose poétique, les crises ( sécuritaires, sanitaires, climatiques, politiques, hydriques, sociétales) et les…

Read more

« La voix des victimes » est un pont solide entre la réalité et la fiction car la thématique choisie pour écrire cette œuvre est actuelle, poignante et traverse des générations. Il s’agit de la violence faite aux femmes sous toutes ses formes. Il met à nu ce qu’il y a de plus violent et vrai dans les foyers, les couples et les relations. Il n’y a pas de corrélation avec la victimisation, il y a juste une prise de conscience effective à faire, un écho sonore pour que ce qui se cache soit vu et connu de tous. Paru aux Éditions E’Stars à Abidjan en 2022, « La voix des victimes » est un roman de 113 pages subdivisés en huit chapitres. L’œuvre est commise par l’écrivaine ivoirienne Evelyne Kobou, auteure précédemment du livre « 12 fausses idées à propos du mariage », et raconte les violences répétées et subies par Eden en se mariant…

Read more

  Bonjour lectrices et lecteurs, ami.e.s du monde des rêveries. Je suis ravi d’être élu en qualité de présentateur de l’œuvre de Robert Edjamian. L’œuvre, la voici : « L’amant du fantôme ». Je suis heureux à un autre titre, c’est que je fais partie des premières personnes à sentir la chaleur de l’imprimerie sur l’ouvre : je l’ai touchée le jour où elle est née, ou plutôt le jour où elle est sortie de presse. Ma reconnaissance à Robert Edjamian. Qui est Robert Edjamian ? Il n’a pas de nom de plume, il s’appelle Robert Senakpon Edjamian, Béninois sous toutes les considérations depuis ses ascendants, mais plus précisément Béninois originaire d’Agonlin Covè. Commerçant avec les Lettres depuis ses études secondaires, Edjamian se marque de littéraire au fer rouge du baccalauréat série A4 obtenu en 1978. Il « émigre en Côte d’Ivoire » en 1980. Il confirme sa présence dans l’écosystème du livre,…

Read more

Il s’agit d’un drame familial mais qui demeure grave : violences domestiques. En arrière-plan à ce drame qui semble prendre toute la place, d’autres sujets sont astucieusement soulevés, sujets d’actualités, propres à l’Afrique ou non …

Read more

On y va pas par quatre chemins pour décrire la scène d’un crime. Première grande maxime qu’on découvre quand on s’aventure entre ces lignes. L’ annonce du meurtre comme un éclair est vive et lumineuse. C’est tout un dispositif et un vocabulaire de circonstances que nous offrent ces nouvelles policières issues du “Projet Osmose” initié par Martial Tchègnon Kogon. Osmose est un projet d’écriture du polar au Bénin. “Le gang des haches”, titre curieux et violent, est un recueil de dix nouvelles policières de 235 pages publié aux Editions Savane du Continent en Avril 2023. Lorsqu’on assassine quelqu’un, la course contre la montre démarre car il ne faudrait pas louper le moindre indice menant au coupable. Mais quand le macchabée est un homme blanc, les choses sont envisagées autrement. La nouvelle éponyme nous le démontre aisément dès les premières pages du récit. Le Sherlock Holmes de l’histoire, Segun Da Costa,…

Read more

Pour moi qui ai déjà chroniqué plus d’une fois les œuvres littéraires de l’écrivain Robert EDJAMIAN, je reconnais le style alerte et l’aspect “culture et tradition” dans ses créations. Depuis “La cinquième épouse”, jusqu’à “L’amant du fantôme” en passant par “Le jour de la vérité” et “La colère des dieux”, l’inattendu fait place à l’horreur avec élégance et force de caractère. “L’amant du fantôme” publié aux Éditions Venus d’Ébène au Bénin en Mai 2023 compte 160 pages et trois nouvelles. Je retrouve donc Covè, une commune du département du Zou au Bénin que je connais très bien. Alphonse, personnage principal de la nouvelle éponyme a sa mère qui y vit. Dans ses escapades nocturnes pour s’offrir les services des filles de joie, Alphonse rencontra Vénus aguichante et prompte à séduire. Elle lui fit tourner la tête. Seulement, le mystère de ses apparitions furtives en disait long sur sa vraie nature.…

Read more

LA FAMILLE DANS LA RIVALE DE DIEU DE GILLES GBETO          Après lecture de l’ouvrage La Rivale de Dieu, plusieurs thèmes ont attiré mon attention dont un en particulier. Il s’agit du thème de la famille.          Au sens strict, la famille est l’ensemble formé par le père, la mère et les enfants. Au sens large, elle est l’ensemble des personnes ayant des liens de parenté (parents, enfants, frères, sœurs, grands-parents, tantes, oncles, beaux-parents etc.). La famille est essentielle pour la société. Elle peut être source de bonheur ou de malheur ; elle peut élever socialement l’individu ou le tirer vers le bas.          Dans l’ouvrage, il n’y a pas vraiment le cas de la famille qui porte l’individu vers le haut. La seule famille qui est censée l’être est celle de Louis, le père de Yin’dé. Avant que l’obsession du père à avoir une fille ne conduise sa famille à…

Read more

         Dans l’ouvrage La rivale de Dieu, plusieurs thèmes ont été abordés. Celui qui a retenu mon attention est l’obsession. L’obsession est le fait de tenir à une chose sans la relâcher. Dans l’ouvrage, plusieurs personnages ont fait preuve d’obsession. Il s’agit entre autres de : Louis le père de Yin’dé qui voulait à tout prix avoir une fille, la mère de Karl et Karl lui-même.          En effet, le père de Karl qui n’a que des garçons a commencé à un moment donné par nourrir l’envie d’avoir une fille. Il a donc commencé à entretenir une relation dehors. Mais ce désir ne s’étant pas réalisé, il s’est donné à l’alcool et est tombé dans la dépression. C’est ce qui a entrainé sa mort.          Par ailleurs, la mère de Karl avec son obsession d’être appelée ‘’Maman Abbé’’ a poussé Karl au séminaire pour devenir prêtre sans tenir compte de l’avis…

Read more

10/256
×

Aimez notre page Facebook