Author Archives: biscotteslitteraires

Après mon diplôme en administration des territoires, j’ai voulu exercer. Avoir une vie professionnelle et m’épanouir en tant que femme active dans la cité, qui apporte sa pierre à l’édification des consciences, jouer mon rôle de citoyenne engagée au service de ma nation, tel était mon rêve depuis le ventre de ma mère. Très tôt, j’avais pris conscience que la société a besoin des deux mains – celle masculine et celle féminine – pour s’épanouir. Deux mains mâles autour du pot social, c’est la Voie Royale des avalanches d’échecs et du cycle de l’éternel recommencement. Deux mains féminines, houm… Ce n’est pas la panacée non plus J’ai toujours voulu travailler, montrer à moi-même et à mon père, qu’une femme est faite pour transformer la société en ce foyer dont elle mère. Si elle est mère du foyer, elle le sera davantage de la cité, étant entendu que cette dernière vient…

Read more

«..Souffle de l’Ailleurs… Je ne vivrai jamais plus pour un parce que… Je ne mesurerai plus le monde par un pourquoi ?… Le comment ? ne m’intéressera point, et encore moins le quand ? » Quand on souffre, quand on voit souffrir et quand on en a marre de souffrir, il faut oser des moyens perspicaces pour se faire entendre. Quand le monde s’effondre autour de soi, des actes immondes dans un monde plein d’horreurs, il importe de faire taire le pourquoi de certaines choses qui, pourtant, ne sauraient rester sous silence. Et l’espoir, même s’il est permis, n’offre aucun pourcentage rassurant. Nonobstant ce, il y en a et en aura toujours qui plaideront pour l’humanité : Syram ! C’est dans cette perspective de dénonciations des maux ruinant et accablant l’humanité, horribles maux qui de plus en plus déshumanisent, que le béninois Okri Pascal TOSSOU s’inscrivant désormais dans la ligue des…

Read more

Brève présentation de l’œuvre Coordonné par Florent Couao-Zotti,  » La petite fille des eaux » est une Initiative de l’Association « Le Scribe Noir » et écrit par dix auteurs béninois. Ce roman comporte dix chapitres à raison d’un chapitre par auteur. Le premier chapitre est écrit par Florent Couao-Zotti, le second par Agnès Adjaho, le troisième par Gisèle Hountondji. Le chapitre 4 est de Gniré Dafia ; le 5, de Hodonou Eglosseh et le 6, de Anita Mariano. Quant aux chapitres 7, 8, 9 et 10, ils sont respectivement de Mireille Ahoundoukpè, Venance Sinsin Mahougnon, Mahougnon Kakpo et enfin de Adélaide Fassinou. Cette œuvre, signalons-le tout de suite, est un cri de cœur des auteurs qui l’ont réalisée, face à un lancinant et déshumanisant phénomène bien connu chez nous : le phénomène de « Vidomégon ». Ils prennent la plume pour sensibiliser l’opinion publique nationale et internationale sur ce mal, car à vrai dire, ils…

Read more

Nous vous emmènerons bientôt à coût de vers et de rimes dans les dédales de l’amour, de notre société et des relations humaines.

Chers amis internautes, Grande est notre joie de vous savoir désormais nôtres. Tout le monde s’entend seriner que le monde évolue, que la terre est devenue un village planétaire, que les TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) ont rendu les hommes plus proches les uns des autres. Nous assistons à de grandes mutations qui ont bouleversé tous les compartiments de la vie des sociétés. L’arbre à palabres, la place publique, le marché, les séances de jeux collectifs, tous ces secteurs sociaux ont désormais leurs répondants sur internet. Sur cette place publique qu’est la toile, des hommes de toutes races, langues, peuples et nations peuvent se rencontrer et passer un petit moment ensemble, comme de vieux potes autour d’un pot, papoter et rigoler, casser la croûte et se relancer sur les chemins rocailleux de l’existence humaine. C’est aussi un creuset de partage d’expériences où les passions de l’un peuvent…

Read more

Mon conte vole, vole, survole monts et vallées et tombe dans un royaume. C’était au temps où les hommes et les animaux parlaient encore. Il y avait un roi très méchant qui était craint de ses sujets. Tous ceux qui ont osé le contredire ont été purement et simplement décapités. Il avait une fille qui était en âge de se marier. Malgré tous les prétendants venus demander la main de la princesse, le roi n’exauça aucun d’eux, même pas Noukoudjin, un jeune homme que la princesse avait choisi. Le langage du roi était : ma fille n’est pas épousable. Des années passaient et la fille devenait chaque jour un peu plus vieille. Elle avait vingt-deux ans. Mais un beau jour, le roi convoqua tous les habitants de son royaume et promit de donner la main de sa fille à celui qui, à travers un grand exploit réussira à l’émerveiller. Tous…

Read more

BL (Biscottes littéraires): Bonjour Carmen; merci à vous d’avoir agréé cette interview. Bien que votre nom se fasse familier à tous du fait des médias et de votre personnalité, il serait bienvenue une présentation de vous-même à nos chers lecteurs. Qui êtes-vous ? CT (Carmen TOUDONOU) : Je me définis avant tout comme journaliste radio. C’est là mon métier. En ce moment, je fais une parenthèse pour travailler dans la communication institutionnelle. Et comme je suis passionnée de littérature, je lis souvent et j’écris parfois. Je suis enfin promotrice du concours littéraire Miss Littérature avec Habib DAKPOGAN. BL : Scientifique de base, vous avez eu un BAC C, ensuite vous aviez fait des études d’électricité au collège polytechnique universitaire devenu EPAC, par ailleurs une formation en gestion couronnée par une licence avant de vous lancer dans le journalisme et la communication. Quels sont les motifs qui vous ont conduite dans le…

Read more

Ce matin, il fait beau, d’un charme grand comme mes yeux et d’un bleu du ciel comme j’aime. Les crapauds n’ont pas coassé du tout la nuit, et les corbeaux ne l’ont pas emplie de leurs complaintes. Si quelques hiboux ont donné de la voix, et que des chats, sûrement noirs, ont miaulé sans se fatiguer la gorge, les sauterelles s’étaient par contre fait remarquer par leur silence inhabituel. Je n’ai rien avalé depuis hier nuit, et le mal de dos, qui grignote mon cerveau quand je suis très anxieuse, reprend du boulot. Ce matin, il fait beau, les nuages me sourient, mais rien ne va. J’ai cassé six assiettes, quatre tasses de thé, et je me suis coupée la main. J’ai mal aux bras, mal à la gorge et j’ai juste envie qu’on me dise « tout ira bien ». Comment c’est arrivé ? Quelle question ? Il faut…

Read more

1129/1129
×

Aimez notre page Facebook